MENUMENU


OPÉRATION DE LA PRESBYTIE
LES CLÉS DU SUCCÈS


L’opération de la presbytie ne peut être qu’une chirurgie personnalisée non standard

Une opération de presbytie réussie donne d’immenses satisfactions. La réalisation de l’opération doit s’adapter à chaque cas. Il n’y aura de satisfaction du patient que s’il obtient résultat personnalisé en fonction de ses désirs.
La chirurgie de la presbytie beaucoup plus que la chirurgie de la myopie est une chirurgie délicate. Elle nécessite un long temps d’étude préalable de la part du chirurgien et doit être adaptée à chaque cas personnel.
La chirurgie de la presbytie est un compromis. Chacun a des besoins visuels différents. Il existe 5 zones de vision et chacun a des désirs visuels personnels pour chaque zone:
– Vision de loin éloignée : conduite, panoramas, spectacles, sports
– Vision de loin rapprochée : télévision, sports
– Vision de près éloignée :  ordinateur, miroir, conversation 
– Vision de près rapprochée : smartphones, lire l’heure
– Lecture à différentes distance
Les réponses à un questionnaire détaillé permettront de déterminer la meilleure solution correspondant aux besoins visuels à toutes les distances.

Le chirurgien doit être apte à pratiquer toutes les techniques d’opération de presbytie

Les différentes opérations de presbytie possible sont actuellement :
Les opérations par laser. Il en existe deux variantes, le presbyLASIK et la monovision
Les opérations par implants. Les implants peuvent être monofocaux, multifocaux,  accommodatifs ou intra-cornéens.
Un chirurgien ne pratiquant qu’une seule technique aura tendance à ne proposer que celle-là.
Le chirurgien doit savoir pratiquer avec succès toutes les techniques de laser et de pose d’implants. Il pourra alors conseiller celle qui est la plus sûre et le plus appropriée à chaque cas pour obtenir le meilleur résultat.

Le chirurgien doit avoir accès à un plateau technique complet et moderne 

Cet environnement peut lui permettre de prendre ses décisions en toute liberté.
Une clinique de notoriété reconnue et uniquement destinée aux interventions de chirurgie réfractive est très certainement préférable. On y effectue des dizaines d’opérations par semaine. Le personnel soignant est formé à ces opérations. On peut y bénéficier des techniques les plus modernes. Ainsi que d’un matériel régulièrement testé mis à jour et entretenu. Et aussi, si ses capacités financières le permettent, de tous les lasers efficaces dans l’opération de la presbytie.

Le chirurgien doit avoir une longue expérience de l’opération de la presbytie

Certaines techniques ‘prometteuses’ n’ont été qu’un feu de paille. D’autres se sont affinées avec le temps. Les résultats de la chirurgie de la presbytie et sa durabilité dans le temps sont hautement dépendants des décisions du chirurgien. Aussi bien que de la technologie utilisée que de son expérience.

Le chirurgien de la presbytie doit avoir de l’expérience chirurgicale

Il doit avoir de l’expérience pour la chirurgie oculaire en général. En plus de la chirurgie réfractive par laser, pratique-t-il  la chirurgie de la cataracte et la chirurgie de la cornée ? Il saura choisir entre laser ou implants. Il pourra gérer les différents problèmes pouvant se poser et ré-opérer si le résultat n’est pas satisfaisant.

Le chirurgien doit être disponible

L’opération de la presbytie nécessite un bon contact, une bonne écoute et beaucoup de disponibilité de la part du chirurgien.
Le temps passé préalablement à l’opération ne doit pas être ménagé. Pour les examens, tests, questions et explications. De même après l’opération le temps passé en consultations post-opératoires.
Le patient doit être suivi par le chirurgien lui-même. En effet le résultat final ne sera apprécié avec précision qu’après quelques mois au minimum. Il est habituel que, pendant cet intervalle le patient soit sujet à de multiples doutes.  La disponibilité du chirurgien est fondamentale pour le rassurer et tester l’évolution de sa vision.
Le chirurgien doit donc assurer lui-même le suivi de l’opération de la presbytie et des aléas pouvant survenir.
Il doit pouvoir être joignable à tout moment par téléphone ou par mail. Il doit consulter rapidement le patient si besoin.

Marc TIMSIT